Actualité

Régulièrement, Kurt Buehlmann nous livre son analyse sur l'actualité économique européenne et mondiale.

La monnaie n'est pas gratuite

03.03.2021 Récemment, le journal Weltwoche (numéro 01.21) a publié un excellent article sous ce titre. Son auteur, Beat Gygi, a écrit : "Cela donne l'impression que la bonne vieille boîte à outils de l'économie s'effondre lentement - et beaucoup sont évidemment heureux que vous n'ayez plus à trimballer tout le bric-à-brac et les outils. Le mètre ruban n'est plus important. Certains pensent donc que la crise du Covid-19 a libéré les gens des contraintes budgétaires, pour ainsi dire. Les dépenses n'auraient plus à être mesurées d'une manière ou d'une autre par rapport aux recettes, la dette ne serait plus l'impôt de demain, après tout, les banques centrales pourraient fournir l'argent. Nous avons enfin réussi à éliminer la pénurie. En d'autres termes : deux plus deux ne sont plus simplement quatre, mais plutôt, selon l'humeur de chacun, beaucoup plus ou beaucoup moins ».

Nous avons une dette envers nous-mêmes - donc la dette n'est pas un problème...
L'auteur ci-dessus voit la dette d'un point de vue critique - et il a absolument raison à mon avis ! Cependant, de plus en plus de personnes "compétentes" et influentes ne voient aucun problème à cet égard. Des phrases telles que "nous n'avons pas besoin d'inhibitions pour nous endetter" ou "autrefois, les dettes étaient le diable, mais compte tenu des faibles taux d'intérêt, les économistes de haut niveau s'accordent aujourd'hui à dire que les États devraient utiliser de l'argent bon marché pour financer leur croissance future" font le tour de la question. Un des grands spécialistes est même allé jusqu'à dire que le financement indirect de l'État par les banques centrales était nécessaire. Ces points de vue me rappellent une phrase attribuée au prix Nobel Paul Krugman : "Nous avons une dette envers nous-mêmes ...... donc, en fin de compte, la dette n'est pas un problème".

À ce stade, je dois souligner que je ne suis pas vraiment intéressé par les théories (mondiales) d'un prix Nobel, ni par celles de tout autre économiste de renommée mondiale. Mais ce qui m'intéresse vraiment, c'est ce que Dieu a à dire par le biais de la Bible. À cet égard, je vous rappelle une fois de plus que la Bible parle et enseigne la prospérité, la richesse et l'argent en 2 350 versets.

Que dit la Bible à propos de la dette ?
Il ressort clairement de la Bible que s'endetter n'est pas une bonne solution, n'apporte aucune bénédiction et n'est donc pas recommandé. La Bible nous met en garde contre l'endettement avec des mots comme malédiction, esclavage, dépendance. D’autre part il est écrit dans Deutéronome 28 : 12 que si nous sommes obéissants à Dieu, nous avons droit à des bénédictions matérielles : "Tu prêteras à beaucoup de nations, mais tu n'emprunteras pas".
L'auteur de ces lignes a fait l'expérience directe de ce que signifie être en situation d'endettement. Ce n'est qu'avec l'aide merveilleuse de Dieu qu'une délivrance de cet esclavage a été possible. Vous pouvez lire ces expériences impressionnantes dans le livre "Notre histoire : vendu par les banques - racheté par Dieu". Avec un simple clic vous pouvez le commander ici
https://www.alliance-ch.ch/[...]/boutique.html

D'où vient tout cet argent ?
Je vous invite à consulter le site https://www.usdebtclock.org/ . La situation de la dette des États-Unis y est détaillée. En haut à gauche, un compteur intitulé US NATIONAL DEBT tourne à un rythme effréné. Ce compteur indique la dette nationale américaine. Au moment où je rédige ces lignes, il s'élève à 28 000 000 000 000 $, soit 28 000 milliards, ou autrement dit 28 billions. Par résident américain, cela équivaut à environ 84 000 dollars, respectivement 222 000 dollars par contribuable. Chaque seconde, cette dette augmente de 40 000, chaque minute de 2 400 000 et chaque heure de 150 000 000 (cent cinquante millions) de dollars. Calculé sur une base journalière, cela correspond à 3'600'000'000 $ et pour chaque mois à 108 milliards, respectivement à 1'300 milliards de nouvelles dettes par an. Aujourd'hui, la dette nationale se situe dans un ratio envers le PIB (rapport entre le produit intérieur brut et la dette) de 131% ! En 1980, ce ratio était de 34,5% et en 2000 de 59,1%. Une détérioration alarmante. Plus bas sur la tabelle mentionnée, on trouve la dette totale (US TOTAL DEBT) avec le chiffre énorme d'un peu plus de 82’000 milliards de dollars. Et en Europe, la situation n'est guère meilleure (ou plutôt : pas moins désastreuse) avec une dette d'environ 11 000 milliards d'euros.

Revenons à la question : d'où vient cette énorme somme d'argent ? Réponse : elle sort du néant, elle ne vient de RIEN ! Cette monnaie est tout simplement "fabriquée", tout comme on produit un rouleau de papier toilette. En fait, cette comparaison n'est pas tout à fait correcte, car du vrai papier (aussi absorbant que possible) est utilisé pour le papier toilette, alors que la production de l'argent mondial ($, €, £, CHF etc.) se fait sans lui. D'une simple pression sur un bouton, toutes les banques produisent chaque jour de l'argent frais, de la monnaie scripturale, également appelée monnaie fiduciaire (fiat money). Et avec cet "argent" créé à partir de rien, les déficits sans cesse croissants des États surendettés sont alors "financés". Cela semble trop beau pour être vrai ... Mais c'est exactement ce que croient de plus en plus d'économistes et de politiciens "compétents", évidemment.

Comment une telle chose est-elle possible ? La réponse se trouve dans la Bible : le mensonge est proclamé comme la vérité et la vérité est vendue comme un mensonge ! Le point de départ est l’aveuglement spirituel. L’homme qui n’est pas renouvelé dans son esprit par le Saint-Esprit, reste coincé dans la sagesse du monde. La Bible dit que la sagesse de ce monde est aussi éloignée de la sagesse de Dieu que l'Orient l'est de l'Occident. C'est, en d'autres termes, le résultat de l'éloignement de l’homme de Dieu et donc de la vérité biblique ! Les conséquences extrêmement désagréables peuvent être lues dans le chapitre 28 du livre Deutéronome aux versets 15 à 68.

Quelles peuvent être les conséquences de cet endettement ?
Comme je l'ai dit, ces dettes, qui à mon avis ne sont plus remboursables, sont financées par une production d'argent sans limite. Elle se fait par une création à partir de rien, appelée ex-nihilo. Il faut ici clairement affirmer que seul Dieu est capable de créer quelque chose à partir de rien ! L'homme n'a pas accès à ce droit, et ne le recevra jamais, car Dieu est le seul et unique créateur ! Nous pouvons certes multiplier, mais le pur processus de création ne nous est pas accessible. Cela est également vrai en ce qui concerne la monnaie.

Tant que l'argent et l'or étaient utilisés comme garantie derrière les billets de banques, ce processus de multiplication était possible car il y avait une véritable valeur équivalente derrière le papier-monnaie. Ce processus, appelé l'étalon-or, a été aboli en 1971. Depuis lors, l'argent du monde n'a pas d'équivalence, pas de véritable contre-valeur. Il ne vaut pas le papier sur lequel il est imprimé et toute cette magie continue tant que les gens y croient ... Ce processus a dû être vécu avec une extrême amertume par les habitants de la République de Weimar en Allemagne en 1923, lorsque les milliards de Reichsmarks, devenus sans valeur, ont perdu leur (non)valeur du jour au lendemain. À cette époque également, les gens croyaient qu'ils pouvaient résoudre les finances de l'État en imprimant de l'argent ... Cette erreur dramatique est décrite en détail dans le livre " La crise – que faire ? " Il vaut la peine d'être lu, vous pouvez le commander ici : https://www.alliance-ch.ch/[...]/boutique.html

Y a-t-il des solutions ?
Oui, elles existent ! Elles sont décrites en détail dans le livre mentionné ci-dessus et sont toutes basées sur les valeurs du Royaume de Dieu. L'une de ces valeurs est "la monnaie de Dieu" : l'argent et l'or, selon le passage dans Aggée 2:8. Il est par ailleurs intéressant de noter, dans le graphique du DebtClock américain cité (en bas à droite), que le "Ratio $/argent" était de 2,67 $ en 1913 et de 4 818 $ l'once aujourd'hui. Pour l'or, les chiffres sont de 28,40 $ et 34 702 $, ce qui montre clairement que la monnaie (pourrie) du monde s'est considérablement dépréciée par rapport à la monnaie réelle qu’est l’argent et l’or.

J'ose dire que plus la monnaie du monde est en déclin, plus la VRAIE monnaie (argent et or) prendra de la valeur car les valeurs de Dieu sont éternelles et ont survécu à toutes les crises ! Cette monnaie véritable survivra aussi brillamment à la crise à venir. L'avenir le prouvera une fois de plus.

Pour que vous ne fassiez pas (inutilement) partie des perdants, nous avons de bons conseils à vous donner au sein de notre coopérative Alliance-CH, tous basés exclusivement sur de VRAIES valeurs. L'objectif doit être clairement souligné : en tant que vainqueurs, nous devons être disponibles pour notre grand Dieu comme instrument de bénédiction pour de nombreuses personnes dans le besoin, afin de Le servir pour sa gloire !

Contactez-nous sous info@alliance-ch.ch

NOTE IMPORTANTE : la lecture du livre " La crise - que faire ? " (devenu un best-seller) sera extrêmement utile. Tout ce que vous devez savoir y est contenu ! Vous pouvez le commander ici en un seul clic :
https://www.alliance-ch.ch/[...]/boutique.html